SQIL : Les communs numériques avec Valérie Peugeot et Ianik Marcil

Le Café des savoirs libres s’associent avec FACIL et la chaire Lexum pour la présentation de la grande conférence de la Semaine québécoise de l’informatique libre lundi le 19 septembre. Valérie Peugeot et Ianik Marcil aborderont le sujet des communs numériques.

Description : Dès qu’il sont mis en réseau, les appareils numériques que nous possédons en grand nombre (téléphones, tablettes, portables, postes de travail, serveurs) nous permettent de produire une abondance de copies d’oeuvres de l’esprit et de les faire circuler librement à des coûts économiques très faibles. Lorsqu’une oeuvre est dans le domaine public ou mise à disposition du public sous une licence libre, elle constitue de fait une ressource partagée qu’on qualifie de (bien) commun numérique. Les exemples de communs numériques les plus souvent cités sont les logiciels libres (Firefox, LibreOffice, GNU/Linux), Wikipédia, OpenStreetMap, etc. Quelles sont les particularités de ces communs par rapport aux autres? Comment leurs utilisateurs s’y prennent-ils pour les créer, les développer et les défendre? Au fait, quelles menaces pèsent sur ces ressources parfois d’une très grande valeur et qu’on cherchera toujours à s’approprier à des fins exclusives en attaquant leurs utilisateurs? Quelles politiques publiques les peuples peuvent-ils se donner pour favoriser les communs en général et les communs numériques en particulier? Voilà quelques unes des questions auxquelles Valérie Peugeot et Ianik Marcil répondront dans cette grande conférence en plus de celles que vous apporterez vous-mêmes.

Cette activité se déroule dans le cadre de la Semaine québécoise de l’informatique libre (17-25 sept. 2016) et est coorganisée par FACIL, la Chaire Lexum et le Café des savoirs libres. Les places sont limitées, alors n’oubliez pas de vous inscrire!

Titre de la conférence : Communs numériques : liberté et partage dans le cyberespace

Conférencière : Valérie Peugeot, juriste et politologue, chercheuse au Labo. de sciences humaines et sociales d’Orange, vice-présidente du CNNum de jan. 2013 à jan. 2016, présidente de Vécam (France)

Conférencier : Ianik Marcil, économiste indépendant spécialisé dans le domaine des transformations industrielles et technologiques (Québec)

Un calendrier de l’avent pour célébrer la résurrection des œuvres oubliées

Lorsqu’une œuvre littéraire ou artistique accède au domaine public, elle devient un trésor commun, disponible pour être utilisée à des fins créatives, pédagogiques, commerciales, etc.

Visage flou et point d'interrogationLorsqu’une œuvre littéraire ou artistique accède au domaine public, elle devient un trésor commun, disponible pour être utilisée à des fins créatives, pédagogiques, commerciales, etc.

Si l’on considère sa législation actuelle, le Canada appartient à la catégorie des pays dits « life+50 », qui concernent la plupart des citoyens du monde, où les droits expirent 50 ans après la mort de l’auteur.

Ainsi, le 1er janvier 2016, les œuvres des auteur(e)s/créateurs/trices de ces pays qui sont morts en 1965, entreront dans le domaine public – sauf exception. Nous en célébrerons quelques uns dans le Calendrier de l’avent du domaine public 2016.

Sauf avis contraire, les textes et illustrations de ce site sont publiés sous licence CC BY-SA.

Ce projet est mené conjointement avec le Calendrier de l’avent du domaine public français. Le concept original a été développé par le collectif SavoirCom1 d’après une idée de Julien Dorra.